“Aube dorée” au Rex: fiction ou réalité?

by The Team

La Grèce était à l’honneur jeudi dernier au Rex avec un ciné débat spécial sur le parti nationaliste «Aube dorée» autour de deux films présentés par leurs réalisateurs. Ainsi,

« Aube dorée, une affaire personnelle » d’Angélique Kourounis, traite du parti néonazi hellène via ses obsessions, ses peurs. La réalisatrice, correspondante de Radio-France,
et Charlie Hebdo, née en 1963, qui a grandi en France, renvoient aux heures les plus sombres de l’histoire européenne, aux déportations et au risque de les faire ressurgir.
Le documentaire était précédé du court-métrage « Traces » réalisé par Thanassis Vassiliou, maître de conférence en études cinématographiques à l’Université de Poitiers, un court-métrage de fiction en forme de farce absurde sur le fonctionnement du parti nationaliste.
Deux films différents par la forme mais très complémentaires, qui l’un comme l’autre mettent en évidence la violence incroyable du parti néonazi et l’habileté de ses dirigeants à distiller le doute, dans l’esprit des habitants d’un pays ravagé par la crise, mais aussi dans celui des spectateurs. Les deux réalisateurs ont mené avec les spectateurs un débat aussi riche qu’animé, qui s’est poursuivi autour d’un buffet gréco-chauvinois.